formation incendie- le mans

En France, chaque jour, des incendies plus ou moins graves se déclarent en environnement professionnel.

Si le nombre de victimes directes (morts, brûlés, intoxiqués par les fumées) est relativement faible, le risque économique est très élevé. Sur 4 entreprises qui brûlent, près de 3 ne reprennent pas leur activité.

La prise en compte du risque incendie en prévention est essentielle pour éviter la fermeture temporaire ou définitive de l’établissement à la suite d’un sinistre.

Les causes : multiples et souvent imprévisibles                                                               

Le coût humain est important pour la victime et ses proches : intoxication liée aux fumées et gaz, asphyxie, brûlures (la température des flammes peut aller de 600 à 1200 °C), blessures liées à l’effondrement des structures, angoisse ou stress liés à la fermeture de l’établissement (incertitude face à l’avenir), handicap, décès…

Par ailleurs, un incendie a des conséquences financières, pour le salarié qui peut perdre son emploi et pour le chef d’entreprise : ce dernier en assume quasiment toutes les conséquences financières (indemnisation des victimes, remplacement du matériel, reconstruction des locaux, arrêt de la production…). 

Que faire en cas d’incendie ?

L’évacuation du personnel

Plusieurs équipes d’intervention sont déterminées :

  • Une première est chargée de donner l’alerte, combattre le feu au départ de l’incendie, mettre en œuvre les moyens de premiers secours et rendre compte de la situation avec les moyens disponibles sur place
  • La seconde équipe, qui doit avoir reçu une formation adaptée (risque incendie, évolution en milieu hostile, connaissance des lieux, des cheminements et des accès pompiers, identification des risques particuliers de l’établissement.), a pour mission de rejoindre l’équipe dès réception du signal d’alarme, de se munir des moyens d’extinctions à sa disposition, de les mettre en œuvre, d’accueillir et guider les secours extérieurs et de rendre compte de la situation en signalant la localisation du sinistre.

Les moyens d’extinction

Les matériels de première intervention

  • Les R.I.A. ou Robinets d’Incendie Armés 
  • Les extincteurs

Les matériels de deuxième intervention

  • Des bouches et poteaux incendie
  • Des colonnes sèches et colonnes humides
  • Des installations fixes d’extinction automatique

Code du travail


• Article R.4227-28
L’employeur prend les mesures nécessaires pour que tout commencement d’incendie puisse être rapidement et efficacement combattu dans l’intérêt du sauvetage des travailleurs.

• Article R.4227-29
Le premier secours contre l’incendie est assuré par des extincteurs en nombre suffisant et maintenus en bon état de fonctionnement. Il existe au moins un extincteur portatif à eau pulvérisée d’une capacité minimale de 6 litres pour 200 mètres carrés de plancher. Il existe au moins un appareil par niveau. Lorsque les locaux présentent des risques d’incendie particuliers, notamment des risques électriques, ils sont dotés d’extincteurs dont le nombre et le type sont appropriés aux risques.

• Article R.4227-30
Si nécessaire, l’établissement est équipé de robinets d’incendie armés, de colonnes sèches, de colonnes humides, d’installations fixes d’extinction automatique d’incendie ou d’installations de détection automatique d’incendie.

• Article R.4227-31
Les dispositifs d’extinction non automatiques sont d’accès et de manipulation faciles.

• Article R.4227-33
Les installations d’extinction font l’objet d’une signalisation durable aux endroits appropriés.

• Article R.4227-40
La consigne de sécurité incendie est communiquée à l’inspection du travail.

• Article R.4227-41
Des arrêtés conjoints des ministres chargés du travail et de l’agriculture peuvent préciser certaines dispositions relatives aux moyens de prévention et de lutte contre l’incendie et rendre obligatoires certaines normes concernant ce matériel.

ÉQUIPIER DE PREMIÈRE INTERVENTION

Assemblée Plénière des Sociétés d’Assurances Dommages
Règle R6 :
Chapitre 4
En période d’activité, 10% de l’effectif par secteur de façon à pouvoir réunir 2 E.P.I. en moins d’une minute dans un secteur.
Chapitre 6
Les équipiers de première intervention doivent recevoir une formation particulière, à la fois théorique et pratique, sur la prévention et la lutte contre l’incendie.

ÉQUIPIER DE SECONDE INTERVENTION

Assemblée Plénière des Sociétés d’Assurances Dommages
Règle R6 :
Chapitre 4
En période d’activité, 3 hommes par séquence de travail pour mise en oeuvre de 2 Robinets D’Incendie Armé R.I.A. en moins de 3 minutes. (6 hommes, si le délai d’intervention est supérieur à 10 minutes).
Et le nombre peut être augmenté, si des moyens de secours supplémentaires sont exigés. Les missions des E.S.I. peuvent être assurées par des agents de sécurité incendie.
Chapitre 6
Les équipiers de seconde intervention doivent recevoir une formation particulière, à la fois théorique et pratique, sur la prévention et la lutte contre l’incendie.

L’article U8 de l’arrêté du 10 décembre 2004 ou à l’article J3 de l’arrêté du 19 novembre 2001 : « Principes fondamentaux de sécurité ».
Le code du travail : décret-92-332 et décret 92-331 modifiés.
Réglementation ERP : arrêté du 25 juin 1980 modifié.
Code de l’environnement : nomenclature des ICPE.

Formation incendie

formation incendie- le mans

elementum venenatis pulvinar id Nullam venenatis, ut id elit. Praesent nec mi,